Enfin mai 2020 c’est un peu approximatif. Ça fait un moment que je n’ai pas fait de bilan lectures ici et pourtant, j’avais envie de vous parler de pas mal d’ouvrages lu ces derniers temps alors ça va être un peu en vrac.

La première lecture à me venir, c’est la trilogie Dragon Love de Lil Evans. J’ai dévoré les trois tomes à la suite les uns des autres. Cette trilogie entre Urban Fantasy et romance paranormale met en scène des créatures que l’on a pas l’habitude de voir dans ce type de série : les Dragons. Mes créatures favorites en fantasy mais qu’il m’avait souvent sembler difficile d’intégrer dans des mondes urban fantasy et pourtant, l’autrice s’en sort avec brio. Elle transpose ses dragons, rares, sombres et solitaires à la tête d’un monde brutal où un scientifique timbré décide d’éliminer toutes les créatures surnaturelles peuplant la terre. Salem, l’héroïne du premier tome se retrouve sans le vouloir au cœur de la tourmente à tenter de sauver une créature qui ne semble pas du tout vouloir de son aide. La trilogie est addictive et l’intrigue, en fil rouge sur les trois tomes, rondement menée. Le style de l’autrice est fluide et agréable. La seule chose que j’ai regretté, c’est le schéma un peu répétitif entre les différents couples qui se forment.

J’ai ensuite enchaîné avec Six of crows de Leigh Bardugo et… je n’ai pas poursuivi ma lecture au-delà de quelques pages. Je n’ai pas du tout accroché ! Ce n’était peut être pas le moment, ou peut-être que j’aurais dû persévéré dans ma lecture mais je n’avais pas du tout envie alors je suis passée à autre chose. Une autre fois peut-être.

J’ai ensuite découvert Le pouvoir ancestral de Guillaume Guegan, premier tome de sa série La Noxiance. La Noxiance c’est un Young adult Urban Fantasy qui suit trois jeunes sorciers et une vampire destinés à devenir des Gardiens. En effet, un pouvoir sombre s’est réveillé et menace toute la communauté des sorciers. Selon une prophétie ces jeunes seront à même de sauver le monde. Pourtant, eux-même vont douter. Ils n’ont aucune expérience alors que leurs aînés se font décimer. J’ai aimé cet univers, la plume de l’auteur et l’intrigue. J’ai adoré le fait qu’une des Gardiennes mène une route parallèle mais totalement indépendante qui parsème le récit de petites « pauses » plus calmes dans la tourmente des trois jeunes sorciers. J’ai regretté que certains personnages soient morts trop tôt, je n’ai pas eu le temps de m’attacher à eux où à leurs proches et donc de me sentir désolée pour eux, même s’il semblait évident pour certains d’entre eux que ça leur pendait au nez. Je lirais avec plaisir la suite car l’ennemi caché m’intrigue…

J’ai également lu Terre brûlée, tome 2 des mondes de Meg Corbyn de Anne Bishop. Comme toujours je n’ai pas été déçue du voyage chez Anne Bishop. On retrouve Tolya et la ville de Benett (si l’on peut encore appeler cela une ville) et c’est intéressant de voir les Terra indigene interagir avec les humains. On découvre aussi un peu plus les Intuits et l’autrice ajoute un couple gay ayant adopté des enfants terra indigene ainsi qu’une cassandra sangue. Je crois qu’on ne peut pas oublier l’élément principal qu’évoque l’autrice dans son roman : la tolérance, la bienveillance entre les communautés. 

J’ai enfin cédé à la tentation et lu Morsure Magique de Ilona Andrews. J’ai adoré ! L’héroïne aux pouvoirs mystérieux, dont on ne sait toujours pas tout à la fin du premier tome, les créatures aux noms certes classiques mais qui ne le sont pas du tout dans les arrangements faits par les auteurs. Ces vampires… on revient aux sources avec des vampires effrayants, pas du tout humains et pour la plus grande partie, à peine plus que des goules. Les garous sont organisés sous l’égide d’un seul chef mais ont des formes diverses et variées, ce qui leur donne aussi des compétences diverses. Ici pas vraiment de romance. Une tentative de Kate de vivre une vie normale en sortant avec un homme un soir ou deux mais ce n’est pas le sujet principal du roman. Ces passages y apportent toutefois une certaine légèreté.

J’ai été conquise par l’Eveil de l’Ombre de Tiphaine Levillain. L’autrice nous livre un monde riche où bien et mal se confrontent dans une lutte séculaire. Démons et Chasseurs d’ombres se pourchassent, les uns pour répandre leurs méfaits, les autres parce qu’ils n’ont pas le choix. On est Chasseur d’ombre de pères en fils, de mères en filles et les démons renvoyés aux Enfers n’auront de cesse de revenir se venger sur le reste de la Lignée s’ils parviennent de nouveau à s’échapper. J’ai adoré le personnage de Jill, la Chasseuse – même si elle possède un brin de naïveté sur quelques sujets, mais comme cela sert à la narration, on lui pardonne. J’ai détesté le personnage de Betty au début, qui m’a surtout semblé se plaindre et se laisser porter sans vraiment agir. Mais elle subit involontairement une belle évolution et c’est un papillon qui sort de son cocon au fil des lignes si bien que j’ai fini par l’apprécier. Quand à Niklas, je ne sais pas quoi penser de lui. Je l’aime bien parce que le personnage veut ça. Il me fait penser à ces gens charismatiques, qui ont toujours le mot qu’il faut, si bien qu’on les aime malgré nous mais… le mystère qui plane autour de lui m’amène tout de même à me méfier. La plume de l’autrice nous permet de nous plonger dans son monde sans difficulté, on est happé par l’aventure et le rythme. Vivement la suite ! 

Côté romans, je termine par le tome 2 des Sorcières de Kinvar, L’Homme au masque d’Argent de Marie Laure Junier. J’ai retrouvé avec plaisir le personnage d’Emily et ses marionnettes. Je suis tombée des nues, comme elle, d’ailleurs devant les révélations que nous réserve l’autrice. Le personnage d’Emily grandi, évolue et sa magie avec elle. Son manque de confiance en elle, induit par la communauté des sorcières sape ses capacités mais, loin d’elles, elle développe finalement ses pouvoirs. J’adore le côté original des créateurs, la mythologie que l’autrice a développée autour de son univers, foisonnante et complexe (j’en veux plus !) J’ai regretté que Charlotte tombe aussi vite amoureuse – même, si, selon Emily, c’est tout à fait normal – et que la fin du livre arrive si vite. L’autrice nous offre une fin peut-être un peu cliché en ce qui concerne Charlotte et pourtant… je ne l’avais pas vu venir. Encore une fois, j’ai trouvé le roman trop court à mon goût, si bien que j’attends avec impatience le suivant !

Enfin, dernier cette fois : Mélodie Marine de Marine Gautier. Il s’agit d’un roman jeunesse que j’ai eu le plaisir d’illustrer. L’autrice nous entraîne dans une dystopie fantastique dont la probabilité ne paraît pas si folle. Les océans ont été tellement pollués par les hommes que la planète est devenue quasiment inhabitable. Les humains – et mutants – sont parqués sous des dômes. Pourtant, Norbert, un jeune mutant et Jily, une descendante des sirènes vont entrapercevoir l’espoir…. On se laisse facilement porter par la plume de Marine, tout en espérant qu’on en arrivera pas à de telles extrémités. C’est une belle histoire, qui commence dans des circonstances dramatiques pour notre planète et pourtant porteuse d’un message d’espoir !

Les romans graphiques et BD :

L’homme c’est lancé dans la série Conquêtes, mix de Dystopie et de science fiction. Chaque tome est indépendant et se concentre sur un groupe de personnages et une planète. Chacune de ses planètes ayant leurs particularités bien sûr. Toutes habitables (nous en sommes au tome 3) jusque là, mais les unes très froides, les autres recouvertes d’eau en plus grande partie et bien sûr, déjà habitées par des peuples qui n’ont peut-être pas envie de se laisser conquérir. La série, réalisées par des auteurs et illustrateurs différents nous offre  de beaux scénarios et des personnages forts. J’ai pour ma part été conquise par les graphismes magnifiques.

Locke & Key. Intriguée par la série que je vois passer sur Netflix depuis plusieurs semaines (j’ai craqué depuis et je l’ai commencée), je suis tombée sur les comics en passant en librairie. Comme je suis curieuse, j’ai embarqué le tome 1. Si l’histoire m’a plu, comme toujours avec les comics je ne suis pas convaincue par le dessin, trop plat et avec cette impression de « vite fait ». L’histoire est rude, brute, à ne pas mettre entre toutes les mains, beaucoup plus crue que la série télé (oui, j’ai fini par craquer et regarder le premier épisode). Je ne sais pas encore si je lirais la suite car j’ai vraiment du mal avec l’illustration !

Et voilà pour ce grand bilan !!

xoxo, Jenn

Facebook
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest
RSS