Et voilà ! J’ai fini mon Whole 30 !

(Bon, depuis le 24 mai en fait, j’avais préparé cet article depuis un moment mais je n’avais pas eu le temps de le finir, dans cette parenthèse j’ajouterais donc deux petites choses : 1 : je n’ai pas pu faire ma réintégration comme je voulais, nous sommes partis 4 jours dans le Lot pour nous détendre un peu, la deuxième semaine de vacances, et… dans le Lot on mange très bien, difficile de me tenir à ma réintégration lente comme je le souhaitais, j’ai donc laissé tombé et mangé normalement, note : mon estomac m’en a beaucoup voulu et m’en a fait voir de toutes les couleurs. 2 : je reprends aujourd’hui un Whole30 pour un second round, j’attendais que les jours fériés et donc les vacances de l’homme soient passées parce qu’il est impossible de tenter ce genre de choses quand il mange avec moi matin, midi et soir… Le but de ce second round : comprendre cette fois ce qui cloche dans mon alimentation habituelle et accentue mes allergies et puis bien sûr, toujours, perdre un peu de poids, on ne va pas se mentir)

Et franchement, je n’ai pas trouvé le temps long.

Comme ils nous le martèlent dans le livre  » ce n’est pas difficile », non, par contre ça a parfois été compliqué. Pour trouver les aliments que je souhaitais en magasin. Et cette fois où j’ai du manger au resto et qu’un seul plat sur la carte convenait à mon programme et très franchement je n’avais pas envie (c’était la grillade du jour, le truc que je ne prends JAMAIS, car je ne suis pas très steack), tout autre plat aurait demandé plusieurs ingrédients à enlever ou les cuissons ne correspondaient pas, alors tant pis… Je l’ai prise cette grillade.

C’est quoi le Whole 30 ? Je vous en parlais ici, ce n’est pas très difficile de le trouver dans les derniers articles, vu ma régularité par ici ces derniers temps ! Quand je vous en ai parlé, ça faisait 1 semaine que je l’avais commencé. Je n’ai pas eu le temps de faire un bilan intermédiaire ici et je me suis dit la semaine dernière que ça ne servait pas à grand chose à ce stade là d’en refaire un, autant le faire à la fin.

On parle des #nonscalevictory ?

  • Une peau avec moins d’imperfections. J’ai régulièrement des petits boutons qui se pointent par ci, par là. Là, rien à l’horizon, nada.
  • mes ongles me semblent plus solides. En effet, en dehors de mes grossesses, je les ai rarement longs, ils cassent, se retournent, une catastrophe !
  • Mes allergies se sont allégées. Depuis 2008, j’ai développé une allergie au Cyprès qui me pourri la vie dès que le temps commence un tant soit peu à se réchauffer (ça peut commencer début février) avec une fin aléatoire puisque le Cyprès est la seule plante qui bourgeonne… tout au long de l’année. Je passe donc la moitié de l’année sous anti-histaminiques. Je dois me faire désensibiliser mais encore faut-il que je prenne le temps de m’occuper de tout ça car c’est un traitement sur le long terme. Depuis le milieu du mois, je ne prends mes anti-histaminiques qu’un jour sur deux, voir sur trois, pourtant la saison est loin d’être finie !
  • Mes vêtements me vont mieux. Oui, le jean taille 42 que j’avais acheté en début de grossesse, quand le bidou avait déjà gonflé mais pas assez pour un jean de grossesse, est trop grand et tombe tout seul. Ce jean Morgan trop canon que j’ai acheté pendant les soldes et qui me moulait un peu trop (je l’ai pris en 40, ma taille habituelle, même si j’y étais un peu serrée avec la ferme intention de perdre un peu) me va nickel, plus besoin de se contorsionner pour le fermer !
  • Du coup, je me sens plus en confiance avec moi-même
  • J’ai envie de danser, souvent, tout le temps, dès qu’on met de la musique. Je suis globalement de meilleure humeur. Je n’ai plus ces sautes d’humeurs liées au manque de sucre. Je ne suis plus « hangry » comme ils disent aux USA.
  • J’ai pris conscience que j’étais une « mangeuse émotionnelle ». Un coup de stress ? Je suis énervée  ? Pouf pouf, j’avais tendance à prendre un carré (ou deux) de chocolat, de boire un coca, pour décompresser… Bravo bravo la bonne idée. Il faut savoir que ce genre d’attitude est un cercle vicieux. Stress = bouffe = culpabilité = stress… Vous avez compris quoi. Chez moi, c’était totalement ça, je ne dis pas que ça n’arrivera plus jamais mais j’en ai pris conscience, c’est déjà plus facile pour réguler tout ça.
  • J’ai aussi pris conscience de tous les sucres ajoutés dans notre alimentation. Je savais qu’il y avait des sucres dans pleins de choses qu’on mange mais je me disais qu’avec ce que je mangeais (pas mal de légumes depuis l’année dernière) ça allait… mouais mouais, c’était sans compter les dextroses, glucoses et autres sucres qui sont dans à peu près tout aliment transformé.
  • Je me sens plus énergique ! (un rapport avec l’envie de danser ?)
  • Je dors bien. Mais là c’est compliqué à évaluer, ayant un tout petit bébé, je n’ai pas trop de mal à trouver le sommeil.
  • Je me suis prouvé à moi-même que je pouvais le faire. Depuis la naissance de Mr G, je me dis qu’il faudrait que je fasse plus attention pour perdre le petit ventre qui était resté, mais je n’arrivais pas à me motiver, à arrêter le sucré notamment. Quand j’ai lu un peu le déroulement duWhole 30, la première chose que je me suis dit c’est que je ne tiendrais jamais un truc pareil, avec autant de contrainte avec un grand et un petit gourmand à la maison. Et puis si finalement !

Globalement je pense avoir fait le tour, avec la réintroduction des aliments, je me rendrais peut être compte d’autres choses cela dit.

Et sur la balance ?

-5kg ! Et tout ça tranquillement sans avoir l’impression de me priver, ce qui ne m’étais jamais arrivé, pour avoir testé Dukan, Weight Watchers  et comparses, il y a toujours cette impression de tenter de manger allégé. Là on ne compte pas les calories, les points ou les quantités ! J’ai totalement oublié de me mesurer au début, mais étant donné le résultat sur mes vêtements, ça parle de soit.

Et après ?

Rappelons le, le Whole 30 n’est pas un régime qui vous propose de perdre du poids. Après donc, il y a une réintroduction des aliments du quotidien. Deux possibilités sont proposées dans le livre. Une réintroduction rapide des aliments : en 10 jours. Ou une réintroduction lente : au rythme que l’on souhaite. J’ai choisi pour ma part de faire une réintroduction lente. Je sais déjà que j’aimerais continuer à faire attention à tous ces sucres ajoutés qu’on trouve partout et essayer de trouver des alternatives, des produits plus sains, ou éliminer ceux qui seraient trop chers ou impossible à remplacer. Je pense que certains aliments vont être bannis de mon quotidien (quand bien même j’en mangerais à l’extérieur, je ne vais pas non plus casser les pieds à tout le monde, déjà qu’en ne mangeant pas de fromage et en ne buvant pas d’alcools, je casse les pieds à certains…, c’est fou ce que les gens sont ennuyés pour l’apéro quand on dit qu’on ne boit pas d’alcool). Je pense que là c’est un état d’esprit dans lequel je suis actuellement et au final, je mangerais bien « Whole 30 » plus au quotidien. On y revient dans quelques mois ?

xoxo, Jenn

Facebook
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest
RSS