Godblind T 1 – Anna Stephens – Fantasy

Je ne pouvais que commencer le mois par Godblind de Anna Stephens dont j’avais beaucoup entendu parler. Je n’ai absolument pas été déçue de cette découverte (même si ça implique le début d’une nouvelle série). Godblind, c’est l’histoire d’un monde en guerre (que ferait la Fantasy sans les guerres je vous le demande ? ;) ) dans laquelle sont fortement impliqués les Dieux et notamment les Dieux Rouges, anciens dieux désavoués par le royaume du Rilpor au bénéfice d’une Déesse de lumière (et d’un Dieu dont on parle moins mais qui, je pense, arrivera sur le devant de la scène dans les prochains tomes). Les Dieux Rouges ont bien sûr leurs adeptes, les Mirécès, un peuple cruel, à l’instar de leurs dieux sanguinaires, et qui pratique notamment l’esclavagisme.

Godblind, c’est le choc de ces deux cultures, l’histoire d’une esclave qui s’enfuit après avoir déclenché des évènements dont elle n’a pas idée des répercussions, d’un devin parfois plus aveuglé par ses visions et torturé par d’anciens serments, d’un prince prêt à tout pour conquérir un trône et d’un capitaine aussi humble que brave… C’est le combat perpétuel entre la lumière et les ténèbres. L’auteur nous propose un chemin tortueux constituté de trahisons (j’avoue, je me suis souvent dit « celle-là je ne l’avais pas vue venir »), de personnages complexes et cruels et de rebondissements qui mettent à mal les convictions de ceux qui ne suivent pas la Voie d’Ombre…

Une excellente lecture qui laisse avec beaucoup d’attentes pour le tome suivant !

Harry Potter à l’école des Sorciers – J.K. Rowling – Fantastique

Avec Ticali, nous lisons parfois des petits livres junior. Je ne sais pas vraiment s’il arrive à suivre les histoires que nous parcourons sur plusieurs soirées, voir plusieurs semaines, mais jusqu’ici cela semble l’intéresser. J’avais donc envie de lui proposer la lecture du premier Harry Potter, bien sûr, je me devais de le lire avant lui. Parce que oui, 1000 ans après tout le monde, je lis la saga. Je l’avais commencée avec la découverte des films il y a quelques années mais le style d’écriture plus qu’enfantin m’avait gonflée pour tout dire. Je trouvais ce premier tome absolument simpliste. Finalement, (je ne sais pas s’il y a eu révision de la traduction ou si c’est la version que j’avais entre les mains à l’époque…) j’ai pu accrocher cette fois à ce que je lisais.

Pour tout vous dire, Ticali étant en vacances chez ses grands-parents, ce premier tome de Harry Potter m’a servi à la fois de livre de chevet et de lecture pour endormir Mr G. Oui, je sais, ce n’est pas trop de son âge, mais il est parfois très long à endormir et pour l’instant, il n’a pas tant besoin d’une histoire bien particulière qu’il ne comprends pas forcément que d’entendre ma voix. J’ai donc pu faire double emploi et réussi à avancer dans mon livre de cette façon. Harry Potter, je pense que la plupart d’entre vous en auront entendu parler, éventuellement lu ou vu les films. Je vous avoue que je n’ai pas vu les films depuis longtemps, je n’ai donc qu’un vague souvenir de ce premier volume mais il me semble relativement fidèle. Le film a enlevé certaines plaisanterie, l’humour de Dumbledore, me semble-t-il est moins présent (cela rendait-il le personnage moins sérieux aux yeux du monde?). En tous les cas, pas de grosses surprises et de rebondissement pour qui connaît déjà l’histoire mais je pense qu’il peut y en avoir pour qui la découvre (si j’en ai l’occasion et que nous arrivons à lire l’histoire avec Ticali, je vous reparlerais peut être de son point de vue).

Le monde de J. K Rowling est intéressant et on se plonge facilement dans l’histoire passé les premières pages un peu longuettes concernant l’idiotie des Dursley.

Une chose m’a un peu perturbée dans la traduction, pourquoi avoir gardé les Mr. et Mrs ? On sait bien que ça se passe à Londres mais les enfants qui commencent leur lecture (le livre est conseillé à partir de 8 ans) sont sans doute un peu gênés par ces « titres » en anglais non ? A la lecture dans la tête passe encore mais en le lisant à voix haute alors que tout le reste est en français, c’était un peu gênant.

Harry Potter et la chambre des secrets – J.K. Rowling – Fantastique

J’ai naturellement enchaîné après la lecture du premier tome sur ce second tome de Harry Potter. On y découvre encore une fois, pas mal d’éléments qu’on retrouve dans les films (logique) mais aussi des petites différences intéressantes. Ce second tome reste dans la lignée du premier et nous amène une autre facette des personnages principaux (plus particulièrement Harry et Hermione). On y découvre aussi un peu plus la famille adorable de Ron, et on tombe sur un nouveau problème épineux.

Bien sûr, comme Harry et ses amis ne sont pas du genre à rester sagement dans leur coin en attendant que les choses se passent (et puis, avouons-le, Harry peut difficilement éviter les ennuis, puisqu’ils le poursuivent inlassablement), ils seront au cœur de l’enquête avec, une aide parfois incongrue et surtout inattendue. Comme Voldemort, nous sommes assez curieux, qu’est ce qui fait que Harry ai pu le vaincre alors qu’il n’était qu’un nourrisson ?

Terminus 1 – T 1 et 2 – Letendre et Ponzio – SF/ Romans Graphiques

Ces deux là sont restés longtemps sur mon chevet. Le chéri les avait achetées et lues, mais je vous avoue qu’à première fois, ces BD ne m’attiraient pas vraiment. Je n’avais pas lu le synopsis (et dans tous les cas, je ne me serais pas attendue à cela) et le chéri étant plutôt dans la SF dans les BD qu’il achète, je ne les lis pas toutes. Certaines me plaisent bien, mais certaines sont bien trop dans la SF pour que j’accroche.

Et puis, à un moment, je n’avais plus rien à lire et je me suis plongée dans le premier tome. Parlons déjà du dessin. Il est abordé avec beaucoup de réalisme, s’en est parfois perturbant car on a l’impression d’être face à des photos, mais perturbant dans le bon sens car le dessin est superbe dans ses détails ! Je suis très très fan de ce beau travail !

Côté scénario, Terminus (série terminée en 2 tomes FYI), est adaptée d’un roman (que je n’ai pas lu), on se retrouve avec un personnage télépathe, Julius (mais aux pouvoirs assez aléatoire) mais qui ne semble pas faire grand chose de bien de sa vie. Il se voit confier une mission très lucrative mais tombe amoureux au passage. Finalement, l’histoire tourne aussi bien autour de la mission de Julius, que de son histoire d’amour. Le scénario me fait penser à ces films de SF pas forcément super connus mais qui ont su me toucher : La machine à explorer le temps (adaptée du roman de Wells), ou plus récemment, The Fountain (un peu perché, il faut s’accrocher au début, mais il touche la corde sensible une fois qu’on a raccroché les wagons).

Entre SF et Drame, avec un superbe trait, je ne peux que vous les conseiller !

Facebook
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest
RSS