4ème de couv :

Au pensionnat de Mlle Géraldine, l’apprentie espionne Sophronia se désole que ses avertissements au sujet des viles intentions des Vinaigriers ne soient pas davantage pris au sérieux. D’autant que le dewan de Sa Majesté détient des informations qu’il ne partage pas et que l’élégant vampire Lord Akeldama cache un double jeu. Sophronia doit sauver ses amis, son école et Londres d’un complot majeur.

Mon avis :

J’ai lu ce quatrième tome presque en suivant de « Prudence » du même auteur et ce n’était pas l’idée du siècle. Les personnages de Gail Carriger se ressemblent pas mal si bien que j’ai eu beaucoup de mal à me remettre la série que je lisais en tête. « Artifices & Arbalète » est le dernier tome de la série. Sophronia est donc en dernière année et se retrouve à devoir déjouer des complots que personne ne voit arriver, dans la continuité des tomes précédents. Aidée de son amie Dimity (et quelques autres), la future espionne doit retrouver ses marques sans la présence de son ami Savon et après la perte de sa romance avec Lord Mersey, en qui elle n’a absolument plus confiance, mais qui tente malgré tout de renouer avec elle.

L’étiquette est maintenant bien intégrée par le groupe de jeunes filles qui réussira à donner le change même à l’impossible famille de Sophronia à l’occasion. Cette dernière se retrouvera prise dans des événements qui pourraient bien la dépasser mais qui, peut-être seront l’occasion pour elle de passer son examen final haut la main !

On retrouve avec plaisir les filles du Pensionnat mais aussi, en parallèle les garçons de Bunson dont les routes se croisent à chaque volume. Sophronia et ses amies grandissent également et de nouveaux horizons s’ouvrent à chacune d’entre elles. C’est aussi le temps des surprises. Qu’est devenu Savon après ses mésaventures du tome précédent, aura-t-il pardonné Sophronia ? Certaines filles cacheraient-elles leur jeu mieux que l’on ne pourrait croire ? Les alliées inattendues peuvent-elles malgré tout être fiable ? C’est une jolie conclusion à la série, quand bien même on aurait hâte de savoir ce que devient la Sophronia adulte par la suite !

xoxo, Jenn

Enregistrer

Enregistrer

Facebook
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest
RSS