Les Chroniques des Crépusculaires, Miss Peregrine et les enfants Particuliers, les Enfants de Dana, le Chardon et le Tartan… Des livres, j’en passe beaucoup dans le mois, je n’ai pas toujours l’occasion de vous parler de tout, même si j’aimerais pouvoir le faire, c’est donc l’occasion ici de faire un peu le point sur les dernières lectures.

Je commencerais par le Chardon et le Tartan de Diana Gabaldon dont est issue la série Outlander. J’ai connu les livres via la série, que j’ai commencée en avril dernier et dont j’ai regardé tous les épisodes sortis en moins de deux. Evidemment, la série étant encore en cours et l’oeuvre de Diana Gabaldon comportant entre 8 et 12 volumes édités (selon les éditions), il y avait encore à faire. J’ai donc entamé l’intégrale J’ai lu en mai et l’ai terminée en août, interrompue par mes petites lectures sur la parentalité positive uniquement car une fois lancée dans un des tomes, je n’avais qu’une envie, savoir la suite. D’autant que j’ai trouvé les personnages du livre plus intéressants, plus nuancés que ceux de la série télévisée (ce n’est pas toujours le cas). Certains personnages, tels que Dougal, sont assez lisses finalement (et bien moins bâtards, disons les choses honnêtement) que dans le livre. Même Jamie est bien plus torturé par la suite que ce qu’ils ont bien voulu montrer (ou du moins ce qui était acceptable/montrable à la télévision). La saga de Diana Gabaldon a un côté historique qui est aussi très prenant. Pour moi qui ne suis pas forcément très histoire, j’ai pourtant adoré découvrir cette histoire de l’Ecosse que je ne connaissais pas (madame Gabaldon c’est fortement documentée pour ses livres, les faits sont donc pour la plupart avérés) ainsi qu’un bout, par la suite de l’histoire de l’Amérique. Ce sont des moments clés de l’histoire pour ces patries et elle les mêle habilement avec la romance liant Jamie et Claire et tous les évènements venant les séparer ou les réunir. C’est une lecture qui m’a fait vibrer, sourire, pleurer et qui m’a laissé un sentiment de « quoi c’est déjà fini? » après trois mois de lecture !

J’ai ensuite enchaîné sur Les Enfants de Dana de Isabelle Rozenn-Mari, que j’ai découvert un peu par hasard sur ma bibliothèque de prêt kindle (que je n’avais jamais utilisée jusque là). Par chance, j’ai commencé la trilogie fin août. Parce que oui, sur la bibliothèque de prêt kindle, on ne peut emprunter un livre qu’une fois par mois. J’aurais pu me les acheter suite à la première lecture mais je n’avais pas envie de me retrouver avec une trilogie sans début, étant donné que j’avais déjà lu le premier tome. Isabelle Rozenn-Mari est une auteure indépendante française. Ses livres sont disponibles sur amazon au format kindle (dans la bibliothèque de prêt pour la trilogie de Dana) et en version brochée. La trilogie des Enfants de Dana est plutôt axée jeunesse et fantasy et centrée sur Brocéliande et la légende du Roi Arthur. Mais ne vous attendez pas à un roman classique pour autant, la légende est revisitée, et l’auteure nous offre sur l’histoire originale un point de vue inédit. L’histoire est centrée sur Maël, un lycéen, et son groupe d’ami, et sur la quête initiatique que va faire le jeune garçon en découvrant sa réelle identité, les pouvoirs qu’il détient. Il va devoir lutter pour l’avenir d’un monde qu’il ne connait pas encore très bien, contre des gens qu’il pensait êtredes amis et avec d’autres, qui, au contraire auraient pu être des ennemis. Comme dans tout roman de ce genre, on retrouve un grand méchant, dont on ne connait au début pas l’identité, même si on en vient à soupçonner tout le monde à un moment donné. Le suspense est bien mené par l’auteur et la trilogie, bien que jeunesse se laisse lire facilement pour un adulte. Ma fascination pour tout ce qui concerne la légende Arthurienne peut aussi avoir fortement joué dans le contexte mais j’ai adoré cette trilogie et ne pourrait que vous la conseiller !

dsc_0120

Je me suis ensuite retrouvée fort dépourvue car je n’avais pas la moindre idée sur ma lecture suivante. Mes amis ont comblé le manque en m’offrant pour mon anniversaire une intégrale des Chroniques des Crépusculaires de Mathieu Gaborit (encore un auteur français tiens). Ici on tombe dans la fantasy pure et dure, absolument pas du tout jeunesse (bien au contraire, ne faites pas ça !). Les Chroniques ont été rééditées à l’occasion des 20 ans de Mnémos (joyeux Anniversaire Mnémos) cette année. Moi qui avait passé la moitié de l’année dernière à guetter un retour en librairie des Chroniques de Crépusculaire suite à la lecture des Chroniques des Féals du même auteur, je l’ai loupée. Les Crépusculaires nous entraîne dans l’univers foisonnant d’imagination de M. Gaborit. Il revisite le genre avec brio, nous laissant un goût de reviens-y à peine la lecture terminée. Les personnages sont torturés (par les autres, par leurs propres actions), cruels, aucune douceur n’émane de ces mondes sombres que nous propose l’auteur. Finalement, Abîme, dont l’intégrale est suivie, m’a un peu plus déçue, en me laissant une impression un peu brouillon, un peu confuse si bien que je ne savais plus très bien où j’en étais à la fin de ma lecture. Les Chroniques des Féals, du même auteur reste première dans mon coeur des trois oeuvres que j’ai pu lire.

Miss Peregrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs est ma dernière lecture en date. J’avais vu l’affiche du film qui m’a inspirée. Je n’ai pas encore eu l’occasion de voir celui-ci et vu mon emploi du temps actuel et les contraintes familiales, je ne le verrais sans doute pas avant qu’il arrive dans mon salon. C’est sans doute aussi pour ça que j’ai eu envie de le lire.  Là encore, j’ai dévoré la trilogie. J’ai adoré la possibilité de ce monde parallèle au nôtre, dont nous ignorerions l’existence et qui expliquerait parfois bien des bizarreries difficilement expliquables. On peut partir sur le concept du « freakshow » pour donner une base aux Particuliers, ces humains dotés de capacités particulières (force surhumaine, capacité à faire du feu, invisibilité, capacité à voler…) Bien sûr, comme chaque monde recèle des méchants, les Particuliers trouvent les leurs dans leur Némésis, des monstres qu’ils ont eux-même créé, des siècles auparavant. L’histoire se centre sur Jacob, un jeune homme à la vie assez ennuyeuse (de son point de vue) qui retrouve son grand-père décédé de mort violente et dans des conditions très étranges. Alors qu’il croit devenir fou, il se souvient des histoires racontées par son grand-père lorsqu’il était enfant et des lettres retrouvées chez celui-ci l’amène à croire qu’il doit creuser d’avantage… Encore classé au rayon jeunesse (comme nombre des roman de fantasy/fantastiques adaptés au cinéma, dans la lignée de Harry Potter à Hunger Games, la trilogie est captivante et nous emmène à travers un Londres dangereux et hors du temps. Le poids du monde des Particuliers est placés sur les épaules de Jacob, puisqu’il a hérité d’une capacité de son grand-père qui pourrait permettre de tous les sauver. Je n’ai pas vu le film, mais un conseil, ne loupez pas les livres !

xoxo, Jenn

Facebook
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest
RSS