J’ai longuement attendu la sortie de ce troisième tome de la série « le livre perdu des sortilèges« , il faut dire que mon amour pour cette trilogie est allé crescendo au fil de la lecture. Troisième et dernier tome de la trilogie, « Le noeud de la sorcière » nous amène vers une conclusion que l’on attendait avec toutes les pistes et secrets découverts depuis le début de la lecture avec « Le Livre perdu des Sortilèges ».

Je peux difficilement vous parler directement de ce tome sans vous dire un mot sur le reste de la trilogie, étant donné que je ne vous l’ai pas présentée ici. Le Livre perdu des Sortilèges est le premier livre de la trilogie. Nous y faisons la connaissance de Diana Bishop, professeur à l’université d’Oxford,elle est versée dans l’histoire et l’alchimie. Fille de sorciers qui ont été assassinés, elle a été élevé par sa tante, mais a décidé de bannir de sa vie quasiment tout ce qui a trait à la magie. Jusqu’à ce qu’elle tombe sur un manuscrit qui semble être destiné à arriver entre ses mains et se retrouve prise dans les machinations des Sorciers, des Vampires et des Démons… Elle mettra un pied (voir même les deux) dans ce monde aux côtés de Matthew, vieux vampire français qui lutte contre ses instincts et ses sentiments pour la jeune femme…

noeud

UN POINT SUR LES PERSONNAGES :  Diana et Matthew peuvent être assez horripilants à leur façon. L’une, sorcière au potentiel qui semble immense mais refusant à toute force de se servir de ses pouvoirs quand bien même ils semblent exploser d’eux-même entre ses mains. Matthew, surprotecteur envers sa bien-aimée. Très « vieille france », et respecteux (il vouvoiera Diana durant tout le livre quand bien même ils entament une relation), peut-être un peu trop. Mais d’un autre côté, c’est rafraîchissant de voir un personnage qui ne tente pas immédiatement de se glisser dans le lit de l’héroïne dans ce genre de livre. Honnêtement, ça ne m’a pas gênée, je préfère un personnage guindé et chevaleresque (on notera d’ailleurs qu’en ayant connaissance, au fil des tomes, d’autres aspects de sa personnalité, son côté sur-protecteur semble tout à fait logique) à un personnage bête à mourir. J’ai nommé Wyl, dans le Don de Fiona McIntosh. La personnalité de Matthew colle tout à fait au côté vampire déjà (imaginez-vous être un vampire vieux de plusieurs siècles, tomber amoureux d’une mortelle, ne voudriez-vous pas la protéger coûte que coûte pour passer plus de temps avec elle ?), et à son histoire personnelle. Le refus de Diana d’admettre et d’utiliser ses pouvoirs révèle d’avantage un esprit bûté et une peur profondément ancrée au vu de ce qui a pu arriver à ses parents. Mélangez les deux ingrédients et vous aurez un bon cocktail

L’HISTOIRE : la trilogie tient son fil principal (le Livre perdu des Sortilèges en l’occurence) développé autour de Matthew et Diana qui devront se battre envers et contre tous, d’une part pour faire accepter leurs idées et d’autre part pour imposer leur couple constitué de deux créatures différentes, contre le Pacte qui a été scellé il y a de cela bien longtemps. Pourquoi ? On ne le sait pas vraiment. Toute personne ayant déjà été témoin ou fait l’objet de ségrégation ne pourra que compatir à leur combat. L’histoire développée autour est intéressante de A à Z, pleine de surprises et de coups durs (bien qu’on se demande parfois pourquoi le sort s’acharne autant sur les personnages de nos romans, mais d’un autre côté, il n’y aurait pas d’histoire sinon, non ?) La trilogie démarre dans l’Angleterre contemporaine avec un crochet pour le coeur de la France, se poursuit dans un Londres victorien tout à fait fascinant, pour une parenthèse plus calme et heureuse, bien que non dénuée d’intérêt et de dangers, une période d’apprentissage et un début d’acceptation pour Diana. Puis, nous ramène rudement dans le présent avec une belle surprise au passage et un combat qui doit reprendre. Nos personnages ont toutefois un peu plus de clés entre les mains pour dénouer les énigmes et épreuves auxquelles ils doivent faire face.

EN CONCLUSION : C’est une excellente lecture, le style de l’auteur (du moins de la traduction française) se lit facilement, elle nous met dans les ambiances créées sans difficulté et l’on s’attache aux personnages que l’on suit. Les personnages secondaires ne manquent pas pour ajouter du piquant à l’histoire, mais ne sont pas non plus trop nombreux pour qu’on s’y perde. Les intrigues sont nombreuses et généralement résolues.

Les trois livres sont parus à ce jour en grand format (Orbit) et au format poche (Chez Le Livre de Poche)

Vous pouvez le commander sur amazon en cliquant ici :

xoxo, Jenn

Facebook
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest
RSS