La chambre de Ticali, vous avez eu l’occasion de la voir par-ci, par-là, sur le blog. Du bleu, du gris, du parquet, et des meubles blancs, le tout édulcoré d’une fresque sur le mur et de quelques tableaux de mon cru. Et puis, comme je vous le disais il y a quelques temps, cette fresque il allait falloir lui dire adieu. Parce que nos chambres à l’étage, ne sont pas à proprement parler isolées.

Pour vous donner un petit historique de maison/travaux. En 2011, nous nous sommes dit, avec le chéri, qu’il faudrait quand même qu’on se remette à chercher une maison à acheter. Nous avions déjà voulu acheter à notre retour à Toulouse en 2008 mais nous n’avions pas, d’une part trouvé notre bonheur et nous n’étions pas vraiment prêts je pense, nous ne savions pas vraiment si nous cherchions une maison, un appart, en plus on n’était pas du tout d’accord sur les histoires d’étages (je refusais d’acheter un appart qui ne soit pas au dernier étage, j’ai grandi en appartement avec un bruit pas possible parce que nos voisins du dessus vivaient… la nuit ! Ménage, déménagements de pièces, disputes, le chien qui courrait, tout ça, la nuit ! Finalement, nous avions laissé tombé. Mais vers 2011, les projets futurs se dessinant plus précisément (le mariage, l’idée d’avoir un enfant), notre loyer augmentant de plus en plus, nous nous sommes dit qu’il était grand temps.

Cette fois, on voulait une maison. En ville, si possible, dans le quartier des Minimes, pas en hyper-centre de Toulouse mais avec des accès très facile vers celui-ci mais aussi vers la rocade pour le boulot. Un quartier où, à l’époque, m’avait dit notre agence, se trouvait un vendeur pour 5 acheteurs. Trouver la perle rare s’annonçait difficile. J’ai épluché les annonces, pris un après-midi pour appeler chaque agence. Tout ce que j’avais vu, qui me semblait bien, qui était dans notre budget… était vendu. Mais… une agence m’a proposé une maison à visiter, au dessus de notre budget, mais négociable. Je lui ai dit pourquoi pas ? Après tout, ça ne me coûtait pas grand chose de visiter, et ça me faisait justement, une visite, pour voir ce qui me plaisait, ne me plaisait pas…

J’y suis allée seule, le chéri était en déplacement ce jour-là. Et là… le coup de foudre. Ce que je craignais avec ce que j’avais vu, c’est qu’on se retrouve vite coincés en terme de place. J’avais vu du trois chambre maxi, un espace pas énorme quand on se projette un peu dans l’avenir, la quasi-impossibilité pour moi d’avoir un bureau sur place ou du moins, je l’aurais eu au début mais on a toujours dit qu’on aurait deux enfants. Ce sera le cas, ou peut-être pas, l’avenir nous le dira, mais dans ce cas, il m’aurait fallu un jour céder la troisième pièce en tant que chambre. Ca m’embêtait beaucoup. Mais là… La maison n’était pas toute jeune (ce que je déteste pourtant, sur papier), les intérieurs totalement vieillots, lambris sombre, tomette au sol, tapisseries à fleurs et j’en passe et des meilleures, mais elle avait un potentiel de dingue. Des grandes pièces, une belle luminosité (je déteste les intérieurs sombres), un petit jardin sur lequel nous n’avions pas du tout compté dans lequel j’imaginais bien Apollo (Grafite n’était pas encore arrivée chez nous à ce moment-là)… des combres aménageables et un garage ! J’en suis ressortie en disant à l’agence que je la rappelais rapidement pour une contre-visite. Le soir même je racontais au chéri ma visite, lui disant qu’il FALLAIT qu’il la voie. Ce qu’on a fait le lendemain. Et là, je l’ai bien vu, il m’a prise pour une tarée. (il faut dire que je lui avais toujours dit que je NE VOULAIS PAS d’une maison avec des travaux, et là, des travaux, il allait y en avoir)… Bon vous vous doutez de la suite, on a pu négocier, on a eu l’accord des propriétaires, on a signé et on a commencé nos travaux.

Ca a été long, entre les choses qu’on a fait nous mêmes, le soir en sortant du boulot, tous les week-end jusque tard le dimanche soir et ce qu’il a fallu faire faire, avec notamment un gros retard sur les menuiseries, car il a fallu tout faire changer pour mettre du double vitrage, indispensable étant donné qu’on a un boulevard assez passant d’un côté de la maison tout de même… Une grosse année de travaux et quand nous nous sommes installés, en avril 2012, les chambres n’étaient pas vraiment finies. Et moi, j’étais enceinte de 4 mois. Les choses se sont un peu précipitées parce qu’on ne se voyait pas poser le placo tous les deux. J’ai fais beaucoup de choses enceinte mais le placo, c’est tout de même très physique. Qu’on ne savait pas le faire à l’époque et que le plaquiste qui avait travaillé avec nous n’était pas disponible avant septembre pour un tel chantier. Sauf que Septembre, c’était ma dpa (date d’accouchement), hors de question d’accueillir bébé dans la poussière de placo et les odeurs de peinture. On n’avait pas non plus envie de rester nous-même dans la poussière. Alors on a pris un chemin de traverse, plus rapide mais qu’aujourd’hui nous devons corrigé. Le papier de rénovation. C’est une sorte de tapisserie, épaisse de 5mm, une couche de mousse à l’arrière propose une isolation thermique et phonique pas trop mal mais pas optimale comme nous avons pu nous en rendre compte, qu’on a posé dans toutes les chambres.

En août, je terminais enfin les fresques des murs de Ticali, que je souhaitais faire depuis que j’avais imaginé sa chambre de bébé. Aujourd’hui, on se retrouve donc à refaire, progressivement nos chambres de l’étage avec isolation et placo. J’ai songé à redessiner directement sur les murs de Ticali. Et puis j’ai réfléchi. Là, les fresques vont disparaître parce qu’il faut tout refaire. D’ici quelques années de toute façon, Ticali m’aurait sans doute dit qu’il en avait marre de ses dessins de bébé, parce que oui ils étaient vraiment enfantins. Il aurait fallut repeindre tous les murs pour tout recouvrir. Comme je n’ai pas vraiment, ni l’envie, ni l’intention de refaire sa chambre tous les trois ans, je me suis dis que de grands tableaux (80x120cm) aux couleurs de ses dessins animés favoris du moment étaient une idée tout à fait acceptables. J’en ai prévu deux : Totoro, que vous pourrez voir sur ces photos et Là-Haut, qu’il me reste à terminer et que vous pourrez voir un peu plus tard.

Comme mon bureau a migré dans une autre pièce (il faudrait que je fignole enfin mes étagères et que je vous le montre d’ailleurs), que les jouets de Ticali prennent de la place, j’ai proposé au chéri de lui changer sa chambre de place. Ticali a donc finalement acquis la plus grande chambre (17m² tout de même) pour lui. Côté couleurs, j’ai gardé le bleu pétrole pour lequel j’avais craqué dans sa première chambre, mais au lieu du gris, je l’ai associé à un « bleu d’eau », une teinte que je trouve apaisante (sérieusement, je la regarde et elle me calme cette couleur, c’est fabuleux) et qui se mariait bien avec ce bleu. Côté planché, le nôtre étant pas  mal âbimé malgré le ponçage/vernissage d’il y a trois ans, et parce qu’on avait envie de donner des effets qu’on ne peut pas vraiment avoir (on a testé) avec des produits, on a opté pour un parquet flottant dans des tons de gris. Le tout se marie bien avec ses meubles blancs et Ticali semble se plaire dans sa chambre. En tout cas, il nous a dit, a plusieurs reprises au fil de l’avancement que c’était « trop joli ». (Il nous reste à lui reposer son lustre nuage de chez Ikéa, à propos)

Allez, assez de blabla, je vous mets les photos !

chambre_01

chambre_02

chambre_03

chambre_04

chambre_05

chambre_06
chambre_07

xoxo, Jenn

Facebook
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest
RSS