En août 2011, je vous parlais d’un chaton, trouvé dans le moteur d’une voiture, que mon cœur faible de maman-chat m’avait conduite à ramener à la maison. Quelques mois plus tard, je vous donnais de ses nouvelles, en vous disant que finalement, ce chaton que je voulais au départ sauver et placer dans une famille sympa, était resté chez nous. Au départ pleine de suie et de puces, la « petite blanche », ma « belette » comme je l’ai toujours surnommée, s’était révélé un chaton blanc avec une queue et quelques tâches tigrées, un petit chat plein d’amour, d’une douceur impossible…

Elle avait su apprivoiser mon Apollo, monsieur le caressé-mordeur-j’ai-aussi-un-syndrôme-du-tigre, le calmant et l’apaisant en grande partie. Elle a su charmer son monde, adorable avec tous. Et puis on a déménagé dans la maison, elle est tombée amoureuse du jardin, c’est un peu fait taper par les chats du voisinage au début avant de s’imposer et de défendre son territoire avec acharnement, si bien que tous les chats qui visitaient notre jardin quand nous y sommes arrivés ne passaient plus qu’en courant ventre à terre pour rejoindre leur destination. Mais ma petite terreur avait un péché de grandeur, le jardin ne lui suffisait pas et elle sortait, traversant la route pour ma plus grande frayeur à chaque fois que je la voyais faire.

Une fois déjà, l’année dernière, elle y avait échappé de peu, chanceuse, et je l’avais emmenée chez le véto d’urgence en catastrophe un dimanche matin. Elle s’était coupé la langue et cassé deux crocs, mais elle était saine et sauve. Je savais bien, au fond de mon cœur, que ma belette n’aurait sans doute pas une vie longue, elle était trop éprise de sa liberté. Je savais bien que viendrais un jour elle ne rentrerait pas. Je vous avoue, je ne sais pas ce que je préfère, pour l’avoir déjà vécu, entre l’incertitude de l’animal qui ne revient pas. Mon côté naïf se dit que les deux chats qui ne sont pas revenus dans ma vie, avaient peut être trouvé quelque part, pour quelques temps, une famille aimante qui leur a donné ce dont ils avaient besoin pendant quelques années de plus. Mais de la voir là étendue sous mes yeux… C’était plus que je n’en pouvais supporter d’où mon silence ici ces derniers jours.

grafite

Mais Grafite a fait partie du blog, de mes articles, de mes anecdotes, des photos (encore sur le dernier look que j’ai shooté, et pas encore posté, elle apparaît) depuis son entrée dans ma vie. Je vous ai toujours raconté ses aventures et je me voyais mal ne pas vous parler de son départ, quand bien même c’est très difficile pour moi de vous écrire ces mots. Depuis lundi j’ai tourné en rond chez moi, effondrée. (Oui certains diront ce n’est qu’un chat, mais je crois que seuls les propriétaires d’animaux considérant ceux-ci comme leurs bébés pourront comprendre). J’ai l’impression qu’on a (encore), tiré une balle dans mon cœur et que ce vide s’agrandit pour tenter de m’engloutir toute entière. Je la vois partout dans le jardin, je me retourne toute la journée pour vérifier qu’elle n’attends pas que je lui ouvre la fenêtre. Quelque part, je maudis ces derniers jours le fait de travailler à la maison. La dernière fois que j’ai perdu un animal, je n’avais pas le choix, il fallait aller au bureau et faire bonne figure, cette fois, mon bureau c’est aussi l’endroit où ma belette avait l’habitude de venir se lover sur mes genoux ou dormir sur la chauffeuse…

Apollo est en mode super câlin depuis deux jours, j’ai du mal à déterminer s’il a compris que Grafite ne reviendrait pas ou s’il réagit juste à mon humeur et Ticali quand à lui, est trop petit, je crois, pour comprendre. Il me demande encore de vérifier qu’elle n’est pas dans le tipi le soir quand il s’endort. Je regrette le fait qu’il ne se souviendra pas du tout de sa première compagne de jeux, bien que je sois heureuse qu’il ne souffre pas de cette perte. J’avais espéré qu’il grandirait avec elle, apprendre combien précieuse peut être la présence d’une petite boule de poils dans sa vie…

3 ans et demi, c’est un passage éclair beaucoup trop court…

J’espère que vous ne m’en voudrez pas si le blog est un peu au ralenti dans les semaines qui viennent, mais je n’ai pas vraiment le coeur à vous parler futilité.

xoxo, Jenn

Facebook
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest
RSS