Ticali commence à parler plutôt pas mal, gros déclic depuis les vacances de noël, même s’il faut encore, pour la plupart des gens autour de nous le décodeur maman pour traduire les mots écorchés (allez savoir que mimante = imprimante, que tizique = musique et j’en passe et des meilleures). Il a aussi appris à affirmer ses positions, et notamment à nous sortir à tout bout de champ « je veux pas ». Ces derniers temps, c’est particulièrement vrai pour le moment d’aller au lit. Quand on lui annonce que d’ici un quart d’heure (ou une demi-heure c’est selon), il va devoir rejoindre son lit. Il nous sortait systématiquement un « je veux pas ».

Même si sur le coup ça nous fait sourire de l’entendre s’affirmer ainsi, c’est aussi annonciateur d’un enfant qui ne va pas vouloir dormir quand on va vouloir le mettre au lit. Et c’est quasiment toujours le cas, 6 soirs sur 7 on a droit à « je veux pas » et malgré le rituel de lecture du soir, on se retrouve avec un bébé qui hurle et hurle dans son lit. Il peut parfois rester trois heures à ne pas dormir, on le couche, on l’entends jouer, taper dans le mur, et quand on monte se coucher, on a droit à des petits « papa ? maman? » qui se font plus pressants et terminent en pleurs.

ticali_03

On a tenté de lui faire comprendre que nous aussi allions nous coucher, qu’il fallait aller dormir, rien n’y fait, il s’énerve tant et si bien dans son lit qu’il ne peut plus dormir après. J’ai tenté de l’endormir dans notre lit pour ensuite le déposer dans le sien, mais non, quand il est dans notre lit, il joue, chantonne, papote, mais n’a pas du tout envie de dormir. Evidemment, une fois qu’il s’endort, entre 23h ou minuit (!!!) le lendemain, monsieur est épuisé et j’ai un mal fou à le tirer de son lit le matin. (Pourtant pas de réveil bien tôt à la maison, il est débout entre 8h30 et 9h).

La sieste de l’après-midi commence à devenir difficile également, il ne veut pas aller se coucher, lutte, certains jours s’endors assis sur une chaise à côté de moi ou sur mes genoux. Là évidemment la sieste est profonde et encore une fois il est difficile de l’en réveiller, le soucis, si je le laisse dormir, c’est que cette sieste de fin d’après-midi (commencée vers 16h) dure jusque 19h et évidemment, le cycle infernal reprend.

Je ne crois pas qu’il s’agisse de cauchemar, mais vraiment d’avantage qu’il ne veut pas dormir. Lui qui a toujours été si facile à mettre au lit, ça nous change complètement la donne. Avant, à peine déposé dans son lit qu’il dormait déjà presque (on avait même pas le temps de lui lire une histoire). Là on a droit aux pleurs, à la demande de bibi, à la demande d’eau, et puis il ne veut pas quitter nos bras. Et forcément, certains soirs, fatigués, on fini un peu par perdre patience.

Et puis, je me suis dis qu’il finissait peut être ses nuits trop tard, que ses siestes étaient trop longues. A ne pas vouloir perturber son rythme naturel tant qu’on y est pas obligés, c’est sans doute de ma faute s’il a fini tout décalé. Parce que oui, les soirs où il s’endormait tard, je le laissais se lever tard, pour rattraper les heures de sommeil qui lui manqueraient. L’après-midi, je me disais que tant qu’il dormait c’est qu’il en avait besoin et Ticali enchainait parfois trois heures et demi de sieste. Et je vous avoue que, comme je travaille de la maison, ça m’arrangeait un peu aussi de le laisser dormir, parce que je pouvais bosser en toute tranquillité jusqu’au réveil de la sieste.

Finalement, pendant une semaine, je lui ai imposé un levé à heure fixe, 8h tapantes, et accordé une sieste d’une heure et demi maximum l’après-midi. Il a fallu deux jours pour régler le problème, après deux jours de mini-siestes et de réveil plus tôt, il n’a plus demandé son reste quand on lui a demandé d’aller au lit. J’en ai aussi profité pour restaurer le petit rituel de coucher de façon un peu plus longue. Le soir, maintenant, au lieu de lui lire son histoire dans son lit et de lui intimer de dormir même s’il n’en avait pas du tout envie, on le change, on le met en pyjama, on s’installe avec lui dans notre lit, au chaud, et pendant qu’on lui lit une ou deux histoires, on le laisse boire un mini biberon, s’il en éprouve le besoin. Entre le rythme que je lui ai imposé et le moment histoire au lit avec nous, il ne rechigne plus du tout à aller au lit, et c’est un réel soulagement pour nous. (Et je m’en veux de ne pas avoir pensé à ça plus tôt…)

 ticali_02

Du coup, hier, j’ai pu faire une chose que je voulais faire depuis longtemps (mais vu qu’il refusait de dormir…), enlever ses barreaux de bébé à son lit et poser une simple barrière pour l’empêcher de tomber. Il est allé s’installer immédiatement dans son lit, avec un livre, absolument ravi. Le challenge fut de faire tenir sa veilleuse musicale sur la barrière de lit, parce que la musique, il n’est pas encore prêt à se séparer d’elle pour dormir, il me la réclame et me demande systématiquement d’y changer les piles quand elles sont à plat… Bref un petit garçon ravi de ne plus avoir de barreaux, un petit pincement au coeur pour moi, parce que là, c’est sûr, mon bébé, n’est plus un bébé…

 ticali_01

xoxo, Jenn

Facebook
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest
RSS