Un peu avant les vacances d’août (oups, j’ai pris du retard dans mes chroniques), je me suis acheté l’intégrale des Chroniques des Féals. Cela faisait longtemps que le bouquin et l’auteur me tentaient, j’en ai entendu tellement de bien… Et puis c’est en feuilletant un bouquin de jeu de rôles sur l’univers des Féals qu’il s’est rappelé à moi. Quelques jours plus tard, il arrivait à la maison (merci la livraison premium d’amazon). Je n’ai qu’un regret… avoir attendu aussi longtemps pour lire ce bouquin !

4ème de couv : Il est un endroit légendaire, au cœur de l’Empire de Grif’, dont on ne parle qu’à voix basse : la Tour Ecarlate. Un donjon de pierre rouge entouré de crainte et de mystère. Cette tour est la demeure des phéniciers. Ces mages, depuis la nuit des temps, gardent un terrible secret qui s’avérera vital dans la guerre qui s’annonce. Januel est l’un d’eux. Il a été choisi pour faire renaître le phénix de l’empereur, afin de sceller l’alliance des royaumes contre leur ennemi surgi du domaine des morts : la Charogne. Mais c’est un drame qui attend le jeune homme et qui le jette sur les routes, seul face à son destin…

feals_01

J’ai été… comment dire… impressionnée. Je n’avais pas vu d’univers si riche depuis très longtemps, Mathieu Gaborit se range aux côtés des maîtres de la fantasy en termes de création d’univers. A la hauteur, dans mon petit coeur de lectrice de fantasy, d’un David Eddings, G.R.R. Martin et autres Tolkien. Pas une faille, rien qui ne soit réfléchi ne semble intervenir dans la lecture de cette intégrale. Le style d’écriture est agréable, pas ampoulé, juste ce qu’il faut de descriptions pour qu’on se plonge dans l’univers en ayant l’impression d’y appartenir. Il fait partie des bouquins pour lesquels je veille volontiers très tard le soir, impatiente de lire la suite, me rongeant les sangs pour le personnage principal, retenant des cris quand la Charogne semble si proche de l’emporter…

Les personnages ont une personnalité propre, profonde, et son capables des pires trahisons comme des plus beaux sacrifices. M. Gaborit nous réserve des retournements de situations, laisse planer le suspense quand il faut. Si je n’avais pas eu une intégrale mais trois tomes séparés sans les avoir tous d’un coup, je crois que j’aurais été aussi torturée que lors de ma lecture de la Symphonie des Siècles. La trilogie nous permet de suivre l’évolution de Januel, sur qui repose le sort du monde (eh bien oui, c’est de la fantasy, le sort du monde repose souvent sur les épaules des héros). D’un jeune homme au passé vague, à Maître Phénicier dont le coeur est rempli de la fureur d’un Phénix, il change radicalement. Il faut dire que porter un Phénix dans son coeur le ronge petit à petit, tout comme la solution qui lui permettra de vaincre la Charogne qui peut à peut lance des Sombres Sentes au coeur du M’onde, apportant la mort et la pourriture avec elle. La compréhension qui l’envahit également, au fur et à mesure qu’il comprend ce qu’il se passe réellement autour de lui, le pourquoi de la Charogne, comment il est censé finir par en venir à bout changera sa façon de penser…

Jugé traitre, poursuivi par ceux qui souhaitent se débarrasser de lui (il est trop puissant, gênant, sait trop de choses), et ceux qui veulent l’utiliser, Januel n’aura pas un parcours facile.

A travers son épopée, on découvrira un peu mieux le M’Onde des Féals, son fonctionnement, les diverses créatures qui le peuplent, toutes fortement inspirées de la mythologie.

Pour tout accro à la fantasy, les Chroniques des Féals sont à lire absolument ! Je vous parle bientôt d’Abîme, du même auteur ;)

xoxo, Jenn

Facebook
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest
RSS