Téméraire, c’est la série dont j’ai entendu parlé au moins 6 ans avant de la commencer. En me disant dès le début « waouh, elle a l’air bien cette série ». Et puis, ma mémoire de poisson rouge aidant, je l’avais oubliée, et puis je suis retombée dessus des années plus tard et j’ai tout de suite accroché.

L’Empire d’Ivoire, c’est le 4ème tome de cette série.

4ème de couverture : Alors que les Aerial Corps de Sa Majesté défendent vaillamment les côtes de l’Angleterre contre les armées toujours plus pressantes de Napoléon Bonaparte, une épidémie redoutable et d’origine inconnue décime les rangs des dragons de combat – confinant en quarantaine les cas les plus désespérés. Seuls Téméraire, le dragon du capitaine Will Laurence, ainsi qu’une meute de ses congénères inexpérimentés semblent échapper au mal et demeurent, de fait, le dernier rempart aérien contre les assauts français. Une nouvelle fois, Téméraire et Will vont tenter l’impossible afin de sauver leur pays et s’envolent pour l’Afrique, à la recherche d’un remède mystérieux pour mettre fin à cette contagion meurtrière. Le temps presse, et nul ne saurait prévoir les dangers qui les guettent sur le continent noir, ni ceux qui menacent leurs compagnons restés en arrière…

Pendant que Téméraire et Laurence étaient occupés en Chine, puis à traverser l’Europe pour revenir en Angleterre, il s’est passé beaucoup de choses, Napoléon est passé à l’offensive, rejoint par une alliée de taille, et les Dragons Anglais sont mis à mal par une maladie qui décime leurs rangs. Téméraire se retrouve donc l’un des rares dragon disponible et sur pied d’Angleterre, mis à l’écart de ses amis et dans l’impossibilité de leur raconter tout ce qu’il a vécu en Chine, sans compter de les rallier à sa cause face à la « condition » des dragons totalement différente dans son pays natal. 

C’est donc une aventure très rude qui attend Laurence et Téméraire dans ce tome, sur leurs épaules repose le lourd fardeau de trouver un remède, tout en gardant Téméraire en bonne santé. 

Ce nouveau tome aborde aussi d’un peu plus près la question de l’esclavage, qui avait été survolée dans les tomes précédents, et bien sûr, on ne peut s’empêcher de faire le rapprochement entre l’esclavage et la façon dont sont traités les dragons. 

Je reste très admirative du boulot de Naomi Novik, qui du point de vue historique tente vraiment de faire coller son histoire aux faits marquants et importants de l’époque, je ne saurais bien sûr vous dire si c’est réellement fidèle, je ne suis pas historienne, mais j’ai l’impression d’en apprendre un peu plus sur cette époque grâce à elle, grâce à toutes les petites anecdotes qui foisonnent dans ces romans. Même si, bien sûr, on sait que la présence des Dragons reste de la pure imagination. 

J’ai eu du mal à commencer ce tome pourtant, je n’étais pas du tout dedans lors des premiers chapitres, où on ne sait pas ce qui se passe, Téméraire et Laurence sont gardés dans l’ignorance, nous aussi, et c’est un peu lourd, mais passé ce cap, on dévore la suite pour savoir s’ils vont réussir dans leur mission !

Et encore une fois on en redemande (vous noterez, que mes chroniques de bouquins sont rarement négatives, d’une parce que je choisi assez soigneusement mes lectures et qu’en général, sauf si j’ai vraiment bien avancé dans un bouquin que je n’ai pas aimé, je préfère ne pas en parler, les raisons en étant souvent très personnelles)

xoxo, Jenn

Facebook
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest
RSS