Avec Ticali, nous n’allons pas aux bébés nageurs, j’en avais discuté avec mon papa, prof de sport, et il me l’avait déconseillé pour les otites beaucoup plus fréquentes présentées par les bébés nageurs. Et puis, mon fils apprendra à nager de toute façon, avec toutes les années de natation que j’ai derrière moi, le contraire serait impensable. 

Du coup, à part la mini-piscine de l’été dernier, un contact rapide mais peut convainquant avec l’Océan Atlantique l’été dernier, Ticali n’avait pas encore vraiment eu l’occasion d’aller réellement « dans l’eau » (bain exclu évidemment). Cela fait quelques mois que je me dis « aller, il faudrait que », mais j’avais un peu peur de me retrouver coincée à la piscine municipale avec un bébé refusant d’aller dans l’eau et de devoir repartir aussitôt.

Finalement, j’avais décidé d’attendre un peu (il n’y a pas le feu non plus) et de profiter de mes vacances pour qu’on se jette à l’eau dans la piscine de mes parents ou à la plage. 

Le premier contact avec la piscine a été peu convainquant. Ticali c’est aggrippé à son grand-père, tentant de grimper le plus haut possible hors de l’eau, puis progressivement on c’est amusés et sa méfiance c’est un peu dissipée, mais pas non plus totalement, et la piscine n’est pas encore sa meilleure amie.

"Mamaaannn!!" « Mamaaannn!! »

La plage en revanche, l’Océan (ce bel Océan Indien bleu et chaud contrairement à l’Atlantique qui même l’été ne semble pas se réchauffer…), il n’a pas fallu longtemps pour le convaincre. La première fois, il y avait pas mal de vagues et de remous et mon petit bonhomme c’est serré dans nos bras, refusant qu’on lui tienne simplement les mains. La deuxième fois, on a changé d’endroit et il n’y avait que très peu de vagues, et là, il a commencé à s’amuser un peu. Il avait pied, et remontait dès que l’eau arrivait un peu trop vite, se précipitant à nouveau dans nos bras, mais à la fin de la journée, il restait assis, de l’eau jusqu’à l’abdomen, sans soucis.

La troisième fois, j’ai à peine eu le temps de lui enfiler son maillot et de le tartiner de crème, qu’il se précipitait vers l’eau, je me suis donc retrouvée à jeter ma robe vers nos serviettes et à lui courir après. De l’eau presque jusqu’aux épaules, mon petit bonhomme c’est amusé comme un petit fou, c’est fait une copine de jeux (qui c’est retrouvée à nous coller un peu toute la matinée d’ailleurs) et n’a quasiment pas voulu sortir de l’eau.

Dans l'Océan, on a peur de rien... Dans l’Océan, on a peur de rien…

DSC_1460

Le fait d’avoir pied le rassure suffisamment pour qu’il veuille même qu’on lui lâche la main (ce que je me refuse évidemment à faire). Il refuse aussi les bouées classique, adore l’orque de piscine de mes parents où il peut tenir les poignées comme celles de son petit vélo, mais la piscine n’est toujours pas son amie malgré les baignades quotidiennes (ne pas avoir pied, je crois que ça le stresse).

xoxo, Jenn

PS: je vous ferais un article vacances dans la semaine prochaine, vu qu’on doit aller se faire deux jours et une jolie soirée en amoureux dans un joli coin où je vais prendre plein de photos….

Facebook
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest
RSS