Je n’ai jamais été fan de meubles anciens. Pour tout vous dire, je déteste le bois brut ou vernis à l’ancienne. La seule chose que j’adore dans les meubles anciens, c’est « la forme » et la solidité de ceux-ci. Les meubles modernes sont très carrés (ce qui ne me dérange pas plus que ça), et dans ma pièce, ce n’est pas ce dont j’avais envie.

Pour l’instant, les meubles de mon bureau, c’est du provisoire, de quoi bosser, monté avec quelques planches par moi-même, mais ce dont j’ai envie, ce sont de jolis meubles, un peu à l’ancienne, mais blancs/clairs, de l’ancien avec une touche de modernité, un style « Maisons du Monde » (mais les meubles Maisons du monde sont un peu chers à mon goût), c’est comme ça que j’avais récupéré l’année dernière ma coiffeuse. Et c’est comme ça, que je traîne de temps à autres sur le bon coin, en espérant trouver notamment, une console de la taille qu’il faut pour ma coiffeuse, un bureau large… Et c’est comme ça que je suis tombée il y a quelques semaines sur un bureau pupitre…

Tout juste arrivé à la maison, inspection par Grafite

Tout juste arrivé à la maison, inspection par Grafite

A l'intérieur, il va falloir faire recouper des planches neuves.

A l’intérieur, il va falloir faire recouper des planches neuves.

Ni une, ni deux, je contactais le vendeur, négociais le prix et imaginais ce que j’allais faire de cette nouvelle petite merveille. J’ai toujours voulu un bureau façon architecte pour le dessin, mais je n’aime pas le style industriel de ces bureaux, alors le pupitre avec ses jolies formes, me semblait parfait, sans compter qu’il me donne du rangement pour pinceaux et peinture avec 4 tiroirs profonds, la place sous le pupitre et une petite étagère en-dessous…

Décaper, reboucher les trous, remplacer les poignées, repeindre, patiner… C’était globalement le programme. Je voulais du meuble clair mais avec un peu plus de caractère que ce que j’avais fais de ma coiffeuse (il n’est pas interdit que je la patine cela dit vu que j’ai ce qu’il me faut sous la main). Il y avait beaucoup moins de boulot à faire sur le pupitre que sur ma coiffeuse d’ailleurs. Moins ancien, moins de petits éléments manquants, c’était du travail de réno basique.

Je vous ai menti, je n'ai pas tout fait toute seule, j'avais un petit assistant qui a voulu m'aider à poncer...

Je vous ai menti, je n’ai pas tout fait toute seule, j’avais un petit assistant qui a voulu m’aider à poncer…

La plupart des étapes ne m’ont pas posé de problèmes, à part les poignées, je comptais les changer pour mettre le même type de poignées que celles de ma coiffeuse (histoire d’assortir les choses un peu), mais, sur les quatre tiroirs, l’un avait une ancienne serrure (mais pas de clef), dont je n’avais pas vraiment l’utilité, une poignée facile à enlever, une des poignées a bien voulu partir car elle avait déjà une vis partie, la deuxième a bien voulu tourner, et j’ai tordu la poignée existante dans tous les sens, si bien que j’ai pu l’enlever et enfoncer la vis dans le bois à coups de marteau… (oui on ne fait pas dans la dentelle chez moi…) Pour les deux poignées restantes… toutes les astuces que j’ai pu trouver sur internet n’ont pas fonctionné pour faire bouger les vis rouillées, j’ai donc laissé tombé, tenté de les peindre, mais c’était moche…

Une première couche de Gris Bleuté.

Une première couche de Gris Bleuté.

J’ai failli capituler, j’avais réussi à poncer en partie la rouille d’une des poignées mais ce n’était quand même pas terrible… Et puis, idée de fille, il me restait des paillettes, de la colle, du vernis colle pour terminer. Hop, poignées à paillettes ! 

Mes poignées par assorties mais girly

Mes poignées par assorties mais girly

Côté peinture, j’ai opté pour une base gris bleuté que j’ai patiné au pinceau et au chiffon avec une peinture blanche. J’avais peur de louper, mais c’est assez facile à faire, en fait, il ne faut pas avoir peur de poser une couche de peinture au pinceau qu’on vient essuyer avec un chiffon tout de suite après. Au début, j’ai fais l’erreur d’essuyer le pinceau à peine trempé dans la peinture blanche sur le meuble, mais ce n’était pas le plus joli résultat. Un pinceau bien imbibé de peinture qu’on dépose sur le meuble et un « essuyage » immédiat au chiffon, ça, ça rend nickel.

Si vous avez peur que votre peinture ne soit trop opaque, n’hésitez pas à mélanger votre peinture avec de l’eau, de façon à faire un « jus », que vous appliquerez de la même façon, quitte à repasser plusieurs fois. 

Après la patine...

Après la patine…

Pour les deux boutons « diamants » qui ont remplacé les deux poignées que j’ai pu enlever, je n’ai pas pris tout à fait les mêmes que celles de la coiffeuse, pour la simple raison que l’une d’elles devait masquer la serrure et qu’il me fallait donc une base d’un diamètre plus large. Ma copine « Ni clou ni vis » m’a aidée à fixer ces boutons. 

Enfin, comme pour ma coiffeuse, j’ai voulu habiller les fonds de tiroirs. J’ai fais avec ce que j’avais sous la main, et il se trouve qu’il me restait ce tissus bleus à petits coeurs beiges, juste assez pour découper les quatre rectangles qu’il me fallait. Hop, un peu de colle et le tour était joué.

Voilà voilà, plusieurs heures de travail plus tard, j’ai mon nouveau meuble pour travailler…

Le miroir, c'est celui de ma coiffeuse rénovée, que j'ai gardé car malgré qu'il soit un peu "dévoré", je le trouve joli en élément de déco.

Le miroir, c’est celui de ma coiffeuse rénovée, que j’ai gardé car malgré qu’il soit un peu « dévoré », je le trouve joli en élément de déco.

xoxo, Jenn

Facebook
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest
RSS