Mais en fait tu fais quoi ? Tu ne t’ennuie pas ? Mais ton chéri garde bébé le soir quand tu sors ? Ce sont des questions qu’on me pose souvent. Il y a pas mal d’incompréhension (aujourd’hui une femme qui reprend vite son poste est mieux comprise qu’une femme qui reste à la maison j’ai l’impression) chez certaines personnes de mon entourage et j’avais un peu envie d’en parler surtout quand ces personnes jugent qu’il n’est pas normal le soir quand chéri rentre, que je lui laisse bébé pour au choix : sortir/prendre un peu de temps pour moi, seule enfermée dans ma pièce. Alors déjà les deux premières questions : Je suis infographiste freelance. Oui je suis chez moi toute la journée (ou presque). Etre en freelance, travailler de chez soi, ça ne veut pas dire qu’on se tourne les pouces toute la journée car, puisqu’on est pas en entreprise, il n’y a pas d’obligation non? Eh bien en fait, au risque de choquer pas mal de monde, si il y a une obligation, contrairement à un salarié en entreprise, si je ne bosse pas, je n’ai pas de salaire, je n’ai pas de congé payé ni d’arrêt maladie. (Je ne me plains pas hein, je constate, j’explique), donc tout jour non travaillé alors que j’ai des contrats en cours, c’est du retard sur mon boulot, c’est du retard sur mon salaire. Etre son propre patron, ça veut surtout dire ne pas tirer au flanc en fait, on se doit d’être plus sévère avec soit même que ne le serait une personne tierce, car il n’y a personne pour nous rappeler à l’ordre, nous mettre un coup de pied aux fesses. Il faut être organisé. Alors bien sûr en tant que freelance, il y a des semaines avec et sans. Certaines semaines sont plus cool, moins chargées car j’ai moins de contrats, que j’attends des retours de mes clients… Mais je vous rassure, je ne m’ennuie pas, puisqu’on ajoute a cela la casquette « maman au foyer ». Jusqu’ici je réussi à conjuguer les deux. Ce n’est pas tous les jours facile, mais j’arrive à travailler pendant que Ticali joue, principalement lors des siestes, et quand vraiment j’ai du boulot, chéri prend le relais en soirée et j’avance un peu mon boulot à ce moment-là. Mais ça c’est vraiment quand je suis débordée car j’essaie de me garder des horaires. Si j’ai beaucoup de boulot, je continue jusqu’à ce que chéri rentre du boulot (vers 19/20h), quand c’est plus calme, je m’arrête vers 16h30/17h, et je m’octroie une série tout en jouant avec Ticali, ou j’en profiter pour « skyper » mes parents, qui sont loin, pour qu’ils voient un peu le petit. Et là vous vous dites, ah mais des journées qui s’arrêtent à 16h30/17h, c’est cool quand même. Oui… en théorie, sauf qu’une maman en fait, ça ne s’arrête jamais vraiment, un tout petit réclame de l’attention, il veut les bras, il veut jouer, manger, des câlins… et maintenant qu’il rampe, sait se tenir debout en s’aidant des meubles, et surtout sait grimper l’escalier, je passe mon temps à lui courir après. Comme je suis à la maison toute la journée, j’ai aussi tendance à endosser la casquette « desperate housewife », je fais bien plus de part de ménage que quand je travaillais en entreprise. Déjà, parce qu’on ne peut pas raisonnablement laisser un bébé ramper dans la saleté, il faut bien nettoyer. Ensuite, parce que j’aime cuisiner, j’essaie de faire en sorte qu’on mange à peu près sainement donc fini la cuisine vite faite de quand je travaillais. J’ai décidé, dès le début de préparer les repas de bébé aussi, et ça demande un peu de temps. Ma journée type c’est globalement un levé entre 7h et 8h, pas de grasse mat, que ce soit pour garder un rythme de boulot que parce que de toute façon, le petit est levé, parfois même plus tôt. J’installe Ticali pour qu’il prenne son biberon (je gagne un peu de temps maintenant qu’il le prend tout seul), je nourris les chats, répare les bêtises qu’ils ont pu faire dans la nuit. Si je suis debout avant le chéri, je lui prépare son café (oui rien ne m’y oblige mais je sais qu’il apprécie, et les petites attentions c’est bien dans un couple je trouve). Ensuite je déjeune en faisant un tour sur le net (mails/blogs). Vers 9h30 je suis au boulot, Ticali fais sa sieste vers 10h30/11h s’il c’est levé vers 7h. J’en profite pour préparer à manger (chéri rentre le midi généralement), écrire mes articles blogs (quand je le fais au jour le jour). 12h30 (environ), Ticali est debout, il a faim. Le chéri va rentrer. 13h30. Chéri retourne au boulot. Moi aussi. 16h00. C’est l’heure du goûter de Ticali.  Je fais un petite pause. Ensuite c’est aléatoire, parfois il fais sa sieste de l’après-midi à ce moment-là, parfois non, dans ces cas là, il faut réussir à l’occuper tout en bossant. 19h30. (ou plus), chéri rentre. Ma journée de boulot s’achève, il faut préparer le repas du soir, parfois on le fait à deux, mais il faut bien avouer qu’en général je vire le chéri de la cuisine parce qu’il me gène plutôt qu’autre chose et que je le laisse profiter de Ticali. 20h30/21h. (sauf s’il a décidé que non), Ticali est au dodo. Ma journée est finie. A tout ceci, donc, vous pouvez ajouter le ménage à faire, le linge dont il faut bien s’occuper. Les rendez-vous (irl ou téléphoniques) avec les clients. M’ennuyer moi ? Je n’ai pas vraiment le temps en fait. Du coup oui, parfois, quand chéri rentre le soir, qu’une journée a été particulièrement dure parce que, par exemple, j’ai pas mal de boulot mais que Ticali a pleuré toute la journée parce qu’il a fait ses dents, je lui laisse son fils et je monte m’isoler dans mon bureau, ou prendre un bain. Seule. Et au même titre que Chéri sort parfois le soir avec ses potes, je m’octroie quelques soirées pour avoir moi aussi, une vie sociale. Ca me parait bien normal non ? On est en 2013, l’enfant fait partie du fameux partage des tâches dans le couple. On essaie de trouver un équilibre (et croyez moi, celui-ci est fragile). Ce style de vie, je l’ai voulu, choisi, je le pratique depuis un moment maintenant et j’en suis tout à fait satisfaite. Je suis heureuse de réussir à conjuguer à la fois ma vie de maman et ma vie d’indépendante. Je vois grandir mon fils, je lui apprends des choses, et j’ai la chance de voir, jusqu’ici, toutes ses « premières fois ». Ce mode de vie, je le savoure. Mais qu’on ne me demande pas d’un air perplexe si je ne m’ennuie pas. Je ne fais JAMAIS rien. Quand j’ai moins de boulot, j’en profite pour me tourner vers les activités créatives pour lesquelles je n’ai pas assez de temps à mon goût, j’ai commencé un tableau pour Ticali il y a plus d’un mois, qui traine lamentablement. A ce train-là, il l’aura pour ses 14 ans (et j’aurais l’air maline), mes projets de coutures sont à l’état de projets, mon jardin n’avance pas non plus. Non sérieusement, filez moi quelques heures de plus dans mes journées en fait, ça m’arrangerait. ;) DSC_1476 signature

Facebook
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest
RSS