Je vous montre rarement ce genre de maquillage (parce que sans belle lumière, c’est difficile de les faire ressortir en photo), du nude, avec deux/trois fards, du brun dans le creux, ça oui, mais je ne crois pas vous avoir déjà proposé un « vrai » nude. A savoir ici, un travail du teint, des yeux très très légers, avec un faux-liner et du mascara, et une bouche glossée. J’étais malade, j’ai passé la journée à avoir des poussées de fièvres, mais j’avais besoin de sortir (sans faire peur aux gens que je croisais de préférence) comme j’avais les yeux qui me brûlaient et avait tendance à pleurer, inutile d’en faire trop…

J’ai donc travaillé mon teint grisâtre avec le 1 2 3 perfect de bourjois, posé une ou deux touche d’enluminateur Clarins dans le creux interne de l’oeil, le creux externe, les sillons naso-génien (oui c’est moche comme terme mais on n’y peut pas grand chose), appliqué un blush pêche (Agnès B).

Pour les yeux, j’ai utilisé mon crayon bronze bourjois appliqué au ras des cils supérieurs, pour ouvrir le regard, et posé mon mascara. Une touche de gloss Clarins sur les lèvres (papaya ici pour l’assortir au blush.)

L’idée, c’est de tout faire d’une main légère, le blush et le rouge à lèvre doivent être frais (pour moi dans ces cas-là, ce sont les teintes pêche/corail qui fonctionnent le mieux mais ça va dépendre de votre teint.)

Voilà, en 5 minutes avec des produits tout à fait abordables (j’ai tapé dans mes stocks mais l’enluminateur j’aurais très bien pu utiliser mon kiko et Bourjois fais des gloss très sympa aussi) vous avez un teint de pêche (oui de rose ça fonctionnait moins bien dans ce cas).

J’ai fixé le tout avec un peu de poudre (bourjois aussi), mais on ne peut pas faire grand chose pour le nez qu’on mouche toutes les deux minutes quand on est malades… M’enfin déjà on a meilleure mine.

xoxo, Jenn

Facebook
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest
RSS