De mon mariage, je vous ai peu parlé pendant l’année que nous avons passé à le préparer, parce que j’ai des amies qui lisent mon blog, et que je ne voulais surtout pas que mes invités voient les divers préparatifs avant le mariage, c’est plus sympa de garder un peu de mystère…

Ceci étant dit, ces étapes de préparation étant passées, je peux vous en parler un peu, car, j’ai été de mon côté beaucoup inspirée par ce que j’ai pu voir sur des blogs parlant mariage : Mariages Retro, la Mariée aux pieds nus, ont été mes principales références pendant un an. Il n’est pas forcément facile d’organiser un mariage (il y a beaucoup de choses à penser, des détails à ne pas laisser échapper…), et pour ma part, je me suis rapidement demandé par quoi commencer. Bien sûr, il y a les magazines de mariages, mais je n’ai pas trouvé ceux-cis d’une grande aide, pour être franche je les ai même trouvés plutôt inutiles…  La date du mariage approche, elle est dans moins de deux mois maintenant et oui j’ai hâte, hâte de voir ce que va donner cette journée, comme tout ce qu’on a préparé individuellement va s’accorder ensemble.

Et non, je vous arrête tout de suite avant qu’on ne me le demande, je ne suis pas stressée, c’est simple un mariage, c’est une question d’organisation, j’aime organiser des choses, je ne me prends pas la tête, que j’aie un an ou une semaine, je réfléchis posément, je me fais un plan, je me note les choses essentielles, je m’y mets dès que je sais que je dois le faire, je n’attends pas la fin de la semaine, ou que six mois passent pour me réveiller soudain et me mettre à paniquer. Comme c’est un mariage à distance je me suis aussi reposée sur la personne sur laquelle je pouvais me reposer les yeux fermés pour ça puisque c’est d’elle que je tiens ma tendance à l’organisation : ma maman. C’est elle qui a pris rendez-vous avec des traiteurs, elle qui a visité des salles, elle encore qui a apporté beaucoup d’idées, beaucoup de son temps et de son savoir-faire, sans jamais rien nous imposer, en respectant nos envies. Je ne vois pas comment je serais stressée avec une telle organisatrice avec moi !

La première grande question, une fois qu’on s’est fiancé (certains font des fiançailles longues, sans forcément se poser la question, nous c’était plutôt fiançailles dans le but d’un mariage l’année suivante), c’est la date. Souvent, une fois fiancé, on est pressé(e)s, impatient(e)s de passer à l’étape suivante, si vous avez comme moi un Chéri qui vous suggère une date très proche (6 à 8 mois), réfléchissez bien, la préparation demande de l’investissement, du temps, et si vous êtes impatient, dites-vous que la plutôt des salles, traiteurs, voitures, coiffeurs, etc… sont réservés quasiment un an (voir plus) à l’avance par d’autres futurs mariés. A moins que vous n’ayez décidé de faire juste un rapide passage à la mairie suivi d’un diner avec une dizaine de personnes dans un resto ou chez vous, il va vous falloir bien plus que ça, de ne pas vous pencher sur une déco avec des trucs à préparer, ou des faire-part compliqués à faire vous même… Le chéri m’avait donc proposé, lorsque nous nous sommes fiancés fin juillet, un mariage en avril/mai, hum… sur ma suggestion, nous étions partis sur début septembre, pour se laisser le temps de faire les choses.

 

Le seconde question, c’est le lieu. En général, on se marie dans la commune où l’on vit. On peut cependant obtenir des dérogations pour pouvoir se marier dans les communes où vivent nos parents.  Nous avions au début décidé de nous marier à Toulouse, où nous vivons. Le chéri m’avait suggéré un mariage à la Réunion (où vivent mes parents) mais je n’avais pas voulu, sous prétexte que je ne voyais pas comment nous allions nous débrouiller pour organiser tout ça à distance, ça me semblait suffisamment compliqué comme cela. Chez les parents du chéri ? Merci bien, mais me marier en Seine-et-Marne, dans un petit coin perdu de campagne où il pleut les trois-quart du temps, ne me tentait pas du tout, je préfère largement ma ville de résidence, ma ville de coeur : Toulouse.

Et puis, en vacances chez mes parents nous avons discuté. A l’annonce de nos fiançailles et d’un mariage prochain, ma maman avait entrainé mon père sur des salons, elle m’attendait avec une quantité astronomique de magasines, de catalogues, d’idées… Nous avons passé des soirées à discuter et j’ai compris que l’option mariage à la Réunion serait possible. Bien sûr, il faut s’en remettre à sa mère et avoir une confiance aveugle en elle. Je connais beaucoup de mamans qui dans ce cas, feraient égoïstement ce qui leur plait, sans vraiment répondre aux attentes des futurs mariés. Mais je connais ma mère. Déjà, c’est une organisatrice hors-pair. Ensuite, détail qui a de l’importance, ma maman couds, elle me fait des fringues depuis que j’ai trois ans. Si, enfant, elle m’habillait comme je voulais, adolescente, ce sont les modèles que je voulais qu’elle me faisait, elle connait mes goûts sur le bout des doigts, et est encore capable aujourd’hui, alors que je ne vis plus à la maison depuis neuf ans, de m’acheter des fringues, des chaussures, que je trouve en arrivant chez moi, et qui me plaisent systématiquement. Ce côté là est rassurant. Je ne vous cache pas que lorsque nous avons finalement pris la décision de nous marier à la Réunion et de nous reposer en très grande partie sur mes parents pour l’organisation, j’avais tout de même quelques appréhensions – et si, ma maman n’en faisait qu’à sa tête ? si finalement, on se retrouvait avec un mariage qui n’était pas du tout ce qu’on voulait -, mais après quelques discussions et les premiers pas d’organisation, mes appréhensions se sont évanouies.

Cela dit, nous avions prévu un mariage début septembre, et comme certains de nos invités ont des enfants, nous avons décidé d’avancer la date d’un mois, en août, pour qu’il tombe pendant les vacances scolaires. La date et le lieu étaient donc fixés : le 06 août 2011, à la Réunion.

La première chose à laquelle j’ai ensuite réfléchi (il faut savoir que le chéri n’ayant pas particulièrement beaucoup de temps avec le boulot nous avons fonctionné de cette façon, s’il avait des idées, des envies, il me les disait, de mon côté, je réfléchissais et je lui proposais), c’est le thème de couleur. J’ai parcouru les blogs et ai fini par tomber sur LE mariage qui a fait tilt, et qui a surpris la plupart de mes amies, puisque nous avons choisir le rouge/noir/crème (pas de bleu!!). Non contents d’un thème de couleur, nous avons aussi décidé d’un thème tout court, qui serait en quelque sorte notre fil rouge dans le choix des accessoires, de la déco de salle… le Rétro : des plumes, des hauts de forme, des noeuds-paps ou des lavallières, et du jazz. Nous n’avons pas choisi d’imposer une période, le rétro c’est large, nous avons choisi la vision que nous avions, nous du rétro, libre à nos invités de faire de même s’ils en avaient envie.

xoxo, Jenn

 

PS: quand je vois le bordel que c’est tous les samedi avec les mariages sur le Capitole à Toulouse, je suis finalement assez contente de ne pas m’y marier…

Facebook
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest
RSS