avatar-wallpaperAvatar c’est le film dont tout le monde parle. C’est le film aux plus de 1 milliard de recette avec 17 jours à l’affiche nous disait hier soir le monsieur du journal télévisé. Avatar c’est le film quand j’ai vu la première fois la bande-annonce j’ai dit : je vais pas aller voir ça. Pourquoi ? Ah bah oui pourquoi ? Les trucs en 3D, nouvelles technologies tout ça, ça me branche quasi-toujours. Comme beaucoup de monde. Moi ça me touche particulièrement parce que je suis infographiste et que parfois je rêve de participer à ce genre de production. Mais là quand j’ai vu la bande-annonce la première fois je me suis dit mais c’est quoi ce scénario pourri encore ? Et ces shtroumpfs (oui bon chais pas comment ça s’écrit) géants… Gniark gniark gniark (oui des fois je ris comme ça), je vais pas aller voir ça.

Et puis… Bon des amis sont allés le voir, et nous ont dit, mais il faut absolument le voir c’est énorme ! On ne voit pas les 2h40 passer, on aurait aimé encore plus… Bon ça a suffit à convaincre Mr Chéri. Mais moi dans ma mauvaise foi enracinée, j’étais toujours sceptique, je ne voulais pas aller le voir.

Et puis bon, ça faisait plaisir à Mr Chéri et puis il vaut mieux s’assurer de ce que ça vaut par soi-même non ? Alors on y est allés. Séance en 3D… j’étais pas spécialement pour non plus, cet été à Disney j’ai eu affreusement mal au crâne avec les lunettes 3D pourtant récentes. Et puis on est allés au CGR, car il est à côté du Leclerc et au Leclerc il y a un resto Japonais sympa. Prudente, car ayant entendu parler de la folie pour prendre des entrées, j’ai dit à Mr Chéri que vient on va prendre les places avant d’aller manger… M’est avis qu’on a bien fait.

On est arrivés au ciné vers 20h00, on a pris des places pour la séance de 21h30. On est allés mangé, en spécifiant bien qu’on avait une séance de ciné a 21h30 car le japonais je le connais et une fois ils ont mis 30 mn à nous servir et une autre 45mn (autant vous dire que mon estomac c’était auto-mangé)…donc voilà. On revient au ciné à 21h00. Il y a déjà une belle foule massée, attendant l’ouverture de la salle Avatar. Pas trop mal placés dans les rangs on arrive quand même seulement à avoir une place bas dans la salle, sur les côtés.

Et là je vais tout vous dévoiler, alors ne lisez plus si vous n’avez pas vu le film, sautez directement à la fin!

On commence déjà par se moquer l’un de l’autre avec Mr Chéri. Les lunettes sont un peu lourdes, comme l’avait dit Moïra, mais on fini par s’y faire. Moi qui craignait tant l’effet de flou et le mal de crâne, j’ai vite été rassurée. Au bout d’environ 10mn, ma vue s’était accomodée aux lunettes 3D, au bout de 20, j’étais trop dans le film pour faire gaffe aux lunettes. Déjà, visuellement, comme vous l’auront dit tous ceux qui l’ont vu, Avatar est magnifique. Une 3D belle, lumineuse, fluide, on ne parle plus de film d’animation là, c’est bien plus que ça. Pour ceux qui l’ont vu (et si vous l’avez autant déprécié que moi), oubliez Beowulf en  3D, et ses personnages fixés au collagènes, sans expressions, ça n’a rien à voir.

Cameron a créé un monde foisonnant, une faune et une flore qui reste crédible dans ce contexte SF. Ce monde lumineux est merveilleux, en accord avec lui-même, en accord avec chaque être vivant. Pour celles qui lisent de la SF, Pandora me fait penser à une planète Sentiente, digne d’un monde de Anne McCaffrey. La poésie, la légèreté, la beauté du peuple Na’vi à la fois primitif mais en parfaite empathie avec la planète apporte tout au film, à l’inverse des humains, comme toujours brutaux et destructeur.

La bande-son ne gâche rien à mon sens et je remarque que chacun en entend ce qu’il veut, par exemple, sur la fin, lorsque les espèces de tricératops charge, on entend dans la musique un « Eiwa Eiwa Eiwa », primitif, tribal, qui porte cette charge et le lien entre la planète/Déesse/Esprit et ses êtres vivants. Mr. Chéri lui n’a pas entendu ces voix qui répétaient le nom de la planète.

Côté scénario, ceux qui disent qu’il pêche abusent un peu en fait. Lisez du McCaffrey, lisez du Bradley, lisez du Ayerdhal, bref lisez de la SF, le scénario est certe basique, mais moi j’étais dedans, comme dans un livre de SF ou de Science-fantasy (dans le cas de McCaffrey)… d’ailleurs s’en était presque de la Science-fantasy je pense. Ce scénario ne pêche pas plus que la plupart des livres de SF. Vous trouvez que le scénario de StarWars pêche moins ? Moi pas du tout. Après tout quand on lit du Space-Opéra, StarWars a un scénario assez basique aussi, la seule chose qui diffère, ce sont les Jedi… Voilà c’est dit et si des fans de SW me lisent je vais me faire lyncher mais je m’en fiche voilà.

Moi le scénario me fait vraiment penser au Mytale d’Ayerdhal, avec cet être humain qui découvre une planète, des moeurs différents, qui se lie aux autochtones et qui est finalement adopté…

J’ai donc fini le film enchantée, émerveillée et sans aucun regret d’être venue le voir finalement. Mais avec un sentiment amer toutefois, envers la race humaine. Abyss m’avait fait le même effet. L’être humain, n’est-il donc mené que par sa cupidité ? N’apprendra-t-il jamais à respecter les autres ? Faut-il toujours qu’il détruise tout ? Et voilà, en voyant ça, toute cette destruction humaine, ben j’ai pleuré… Oui sur ce scénario qui soit-disant pêche, j’ai pleuré…

Fin de spoiler.

Avatar est à voir, car c’est un petit chef d’oeuvre de 3D, car il a une bande-son terrible et parce que son scénario est digne de n’importe quel bouquin de SF. En plus la 3D ne fait pas mal aux yeux (et je suis très sensible pour ça). C’est une véritable immersion et c’est vraiment dommage de rater ça car ça vaut le coup de le voir au cinéma.

Xoxo, Jenn

Ben quoi vous êtes encore là ? Mais filez le voir !

Facebook
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest
RSS