fashion_girl_rumyIl y a certains matins ou on aimerait rester dans son lit. Qui ne connaît pas ça ? Moi c’est pas compliqué, ça va bientôt faire un an que ça dure. Quand on est infographiste et qu’on se retrouve à ne faire quasiment que des powerpoints parce que la boite qui vous emploie est obligée de respecter des critères de groupe ultra-conservateurs ça débute mal.

Quand arrive une directrice de communication qui refuse de faire du nouveau, et qu’elle remet en cause le boulot de six mois visant à revoir la communication de l’agence, c’est que ça commence à mal aller. Quand le boulot vient à manquer, même les powerpoints, la descente commence… voici ma situation depuis, oui, août-septembre 2008 maintenant. Au début, je me suis dit que c’était la période de vacances/rentrée…et puis ça c’est prolongé. En octobre 2008 j’ai commencé à éplucher les petites annonces pour trouver un autre boulot. En novembre/décembre 2008, j’ai déprimé. Quand est venu le moment de signer mon CDI, j’ai failli refuser, mais devant l’annonce de la crise et voyant qu’en trois mois, je n’avais pas encore retrouvé de boulot, j’ai misé sur la sécurité. En janvier, toutes les boites contactées avant les fêtes m’ont annoncé que les ouvertures de postes qu’ils prévoyaient ne se feraient finalement pas. J’ai continué à éplucher les petites annonces…

En février, je me suis résignée devant l’absence d’intérêt de ce que je faisais, j’amenais ma tablette graphique au boulot, je dessinais ou en profitais pour réaliser mes boulots freelance. Mais à ne rien faire, au fur et à mesure, quand on est dans un open-space d’environ 20 personnes, qu’on commence tout juste à connaître (j’ai commencé à bosser dans cette boite en janvier 2008), on commence aussi à connaître leurs travers, à leur trouver tous les défauts. J’imagine que c’est aussi le cas quand on a du boulot, personnellement ça ne l’était pas dans mon (regretté) boulot précédent.

Depuis février, j’ai du passer quatre entretiens, à chaque fois, on m’a proposé un SMIC, ou tout juste un peu plus. J’ai un bac+3, diplômée supérieure en infographie, j’ai deux ans d’expérience. J’ai besoin d’une certaine indépendance (financière) car il est hors de question pour moi de devoir demander de l’argent à mon compagnon pour m’acheter un des chaussures ou un fard à paupière, ou même pour faire les courses. J’ai besoin de vivre et de pouvoir me faire plaisir. Alors un SMIC ? Je sais que beaucoup de gens vivent d’un SMIC, mais ce n’est actuellement pas mon cas et je me refuse à baisser on salaire à un point où il me faudrait 3 à 4 ans avec de bonnes primes pour récupérer mon salaire actuel.

Bref, en ce moment au boulot, un rien m’énerve. Des gens qui m’envoient des graphiques powerpoint en pensant que c’est « un boulot d’infographiste », comme si on nous apprenait à faire des graphiques powerpoint en infographie -_-, des gens qui ne comprennent rien et qui veulent la même affiche que Untel (ils pensent vraiment faire évoluer leur communication en copiant des trucs d’il y a 20 ans?), les gens qui essaient de m’expliquer mon boulot, et les gens qui sortent conneries après conneries autour de moi…

Entendu ce matin au bureau: (à propos de la grippe A) « de toute façon quand ça va arriver tout le monde va être malade ». Pour cette personne, ça sonne comme une fatalité. Dans un open-space de 20 personnes, personne ne prend les précautions d’usage (pas de serrage de main, pas de bises le matin, etc…), les gens malades viennent au boulot sans même prendre la peine de vérifier s’ils ne sont pas atteints. Alors oui dans ce cas c’est une fatalité. Je ne dis pas qu’il n’a pas raison, peut être, effectivement que si une personne dans le bureau tombe malade, tout le monde sera malade. Mais peut -être pas et c’est pour ça que ce serait bien de prendre quelques petites précautions non ?

Bref depuis plusieurs mois, mon seul recours pour ne pas devenir complètement dingue, a été de m’acheter un casque (de DJ qu’on me dit) pour mettre de la musique et ne plus rien entendre…

Voilà, je ne sais pas si vous allez prendre la peine de lire ce billet (inhabituel) jusqu’au bout, mais j’avais besoin de vider mon sac…

Facebook
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest
RSS